Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 21:23

 

IMG 8886L'année 2010 a été marquée par notre adhésion à Guyane Trek, Association de randonnée en Guyane, qui nous a permis de sortir des sentiers battus et ainsi découvrir « les couleurs de la Guyane » cachées dans « cet enfer vert » encore très encré dans l'inconscient collectif quand on parle de la Guyane.

Le diaporama qui suit vous montrera les trésors cachés de la forêt, cette faune et cette flore magnifique, surprenante, dont nous sommes conscients d'avoir une chance extraordinaire de pouvoir l'admirer.

Alors c'est avec plaisir que je tiens à vous faire partager ces moments magiques que nous avons captés lors de nos balades en forêt ou ailleurs.

Je remercie Patrice, mon beau-frère, mieux « armé que moi en matériel photo » pour la mise à disposition de certaines de ses photos.

 

Mais avant tout, je dédie ce diaporama à notre amie Véronique, partie beaucoup trop tôt ce 27 décembre 2010 ; tu nous manques déjà !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 00:48

 

IMG_5974.JPG

 

 

Encore un endroit des plus sympathiques que l'on a pu visiter, l'Ilet-la-mère, petite ile située à 30 mn de bateau du port de Dégrad des Cannes, autrefois propriété de l'Institut Pasteur et aujourd'hui, du Conservatoire du littoral.

Cette petite ile fait partie d'un chapelet de 4 ilets, avec l'Ilet le père et deux autres ilets qu'on appelle « Les mamelles ». Seule ile accessible au public depuis 2008, c'est un lieu idéal de pique-nique en compagnie des petits singes saïmiris qui viennent participer au déjeuner, même sans y être invités. En effet, l'attraction principale de cet endroit, c'est la présence de ces petits singes peu farouches, qui évoluent tout autour de nous et qui font aussi bien le bonheur des petits que des grands !

On peut faire le tour de l'ile sur d'anciens sentiers, réaménagés qui permettent ainsi d'admirer de remarquables arbres d'une hauteur impressionnante comme les fromagers et autres arbres tropicaux, papayers, manguiers... et qui nous font profiter d'une vue imprenable sur les autres ilets.

Ces sentiers offrent également de nombreux points de vue panoramique et on a même pu voir dans la baie évoluer des dauphins. Cette ile, qui fut aussi une ile de bagnards, accueillit des prisonniers politiques entre 1853 et 1875 ; on peut encore apercevoir quelques vestiges de murs édifiés à l'époque par les bagnards.

Et pour finir, une petite plage nous permet l'accès à la mer avec des emplacements idéaux pour accrocher son hamac !

 

Alors pour faire le tour de l'Ilet, regardez le diaporama ci-dessous. Bonne balade,

 

 

 

Repost 0
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 15:38

SDC14352

 

  Le Carnaval est à la Guyane ce que la Mirabelle est à la Lorraine et la tour Eiffel à Paris, incontournable ! Chaque année, de l'Epiphanie au mercredi des cendres, chaque week end, c'est la fête dans toutes les villes de Guyane ! Dans les dancing le soir, avec les soirées touloulou (ce sont les femmes qui se déguisent) ou tololo (les hommes), et dans la rue avec les défilés dominicaux et les vidés (à l'heure de la clôture des dancing, vers 5 H 00 où orchestre et danseurs se retrouvent pour un dernier tour de piste dans les rues). Souvent à thème, le défilé de Kourou 2009 était placé sous le signe de l'or, alors que 2010, c'était le rose qui dominait. Des défilés haut en couleur, dans la joie et la bonne humeur, c'est ce que je vous propose de regarder dans le diaporama ci-dessous.

 

 

 

Repost 0
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 18:45

SDC11952J'ai un peu délaissé mon blog ces temps-ci, la faute à ma dernière randonnée. Eh oui, la Guyane c'est pas le bagne, mais parfois une randonnée peut finir mal !
L'objet de cet article devait être la description d'une randonnée à l'Inselberg Virginie près de REGINA,  ces formations granitiques colonisées notamment par des cyanobactéries qui colorent ce granit en noir et qui rendent la roche particulièrement glissante par temps de pluie. Ces gros rochers qui surplombent la canopée  sont également connus sous le nom de "savane roche" et se trouvent dans le sud de a Guyane.
Tout avait bien commencé, nous nous rendions à REGINA en famille, à environ 120 km de Cayenne pour une randonnée dans les Inselbergs.
Après trois quarts d'heure de traversée dans la forêt, horreur malheur, mon pied gauche se prend dans une racine probablement et crack, je n'ai aucun doute ma jambe vient de se briser, en plein milieu du sentier, dans un cri qu'un singe hurleur aurait pu m'envier.
Impossible de me relever ; il ne reste plus qu'à aller chercher du secours pour m'évacuer à l'hôpital. Après une heure et demi d'attente, les secours, 3 pompiers volontaires et un brancard arrivent, encore, deux heures à travers les bois avant de rejoindre l'ambulance des pompiers et encore quelques heures avant de rejoindre l'hôpital. Résultats des courses, fractures tibia-péroné, trois mois d'arrêt de travail et autant avant d'imaginer ma prochaine randonnée ! heureusement, le moral revenant tout doucement, j'ai encore quelques articles en réserve qui alimenteront prochainement ce blog. Pour le reste, ci-dessous le résumé en images. A bientôt.

 

 

Repost 0
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 17:59
 

SDC10783-copie-1.JPGQuand on imagine la Guyane, bien évidemment c'est à sa forêt et à ses fleuves qu'on pense tout d'abord, moins à son littoral. Mais le littoral guyanais qui s'étend sur une longueur de 378 km essentiellement composé de mangrove a aussi de très belles plages et les plages de Rémire et Montjoly, bordées de cocotiers sont sans doute les plus belles plages de l'île de Cayenne au pied de la colline du Mahury et de Bourda, après la mythique plage des Hattes à Awala Yalimapo tout au nord-est du département.

 

Les plages de Guyane préservées du tourisme de masse et de tout ce qui l'accompagne gardent leur côté sauvage qui en font des lieux exceptionnels aussi bien pour la détente, la promenade, les sports sky surf, parapente, planche à voile ou surf et le jogging bien entendu, mais aussi pour ces rencontres magiques avec les tortues marines, qui viennent pondre d'avril à juillet.

Si l'eau n'a pas la couleur turquoise des iles des caraïbes, elle en a la tiédeur toute l'année et en tout cas, cela ne rend pas désagréable la baignade dans cette eau couleur cacao. Et en été, juillet et août, elle est même plutôt claire, lorsque le littoral n'est pas chahuté par les eaux du fleuve Amazone en saison des pluies, qui déversent dans l'océan, quelques 35 tonnes de sédiments par seconde, dont 60 % se retrouve de les côtes de Guyane, notamment vers Kourou, où effectivement la plage devient de moins en moins accessible, avec un apport de sédiments vaseux en bordure de plage, pas très agréable, ni au contact, ni à l'odeur !

 

Alors trêve de commentaire, comme je sais que certains n'aiment pas lire, regardez plutôt les photos dans le diaporama qui suit, elles se passent de commentaires. En revanche, n'hésitez pas à m'en faire sur le blog, ça fait toujours plaisir de savoir ce que vous en pensez.

Repost 0
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 02:43
 

P1010069Une belle balade à faire sur la zone de Rémire Montjoly, c'est le sentier du Rorota. Lieu de rencontre du sportif accompli, du jogger, du promeneur du dimanche, du touriste amateur de photos « nature » ou de la minette qui veut redessiner sa silhouette (je ne vous dirai pas dans quelle catégorie je me range), tout le monde trouve du plaisir à sillonner ce chemin de forêt balisé de balisiers qui serpente au cœur d'une végétation luxuriante, dans une palette infinie de verts allant du vert tendre au vert anglais. De petites cascades au bord du chemin ou que l'on peut entendre plus loin dans les épais enchevêtrements de plantes et d'arbres apportent une note rafraichissante, au sens propre comme au figuré, à la moiteur de cette chaleur tropicale.

 

Dans les sous-bois à l'ombre des arbres ou au bord du chemin on trouvera des taches de couleurs, ces fleurs rouges, roses, mauves ou blanches, comme la canne congo, le balisier, le centropogon cornutus, l'ipomée et autres fleurs tropicales. De grandes brassées de bambous vertigineux, telles des gerbes de feux d'artifices ponctuent ce sentier, véritable tunnel végétal par endroit, que les rayons du soleil ont du mal à traverser.

 

Au détour du chemin, on pourra voir apparaître trop furtivement le passage du plus beau papillon du monde, le Morpho bleu, de ce bleu métallique qui tranche dans cette végétation abondante et qui en fait un moment unique. La nature nous a donné les couleurs, l'homme n'a fait que les recopier !

 

Au sommet du plateau du Rorota, on trouve le lac qui sert de réserve d'eau à la ville de Cayenne ; on y découvre aussi sur le versant qui surplombe la côte, des points de vue splendides sur la plage de Rémire-Montjoly et la colline de Montabo. De retour sur ce sentier circulaire, on peut voir si on lève la tête et avec un peu de chance, le mouton paresseux, qui se prélasse à la cime de certains arbres.

 

Un vrai moment de détente que l'on renouvelle le plus souvent possible dont vous pouvez voir les images sur la vidéo qui suit. Bonne promenade....

Repost 0
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 23:26
 

Pour ce nouvel article, je pourrais reprendre le slogan d'une agence de tourisme en Guyane « la Guyane ne se raconte pas, elle se vit ». Pourtant, tout le monde n'a pas la chance de pouvoir y venir, alors à travers, cette visite, je voudrais vous faire partager notre week-end au camp Cisame, organisé avec une agence de tourisme en pleine forêt amazonienne sur le fleuve Approuague.

 

En effet, quand on n'est pas guide, guyanais « pure souche », chasseur, ou amérindien, il est plutôt déconseillé de s'aventurer en forêt par ses propres moyens, certains l'ont fait, on les cherche encore ..., c'est pourquoi beaucoup d'agences de tourisme ou des guides individuels, proposent des circuits, du séjour « plan-plan » au trekking sportif.

 

Nous, bien entendu, nous avons préféré le séjour « plan-plan » pour passer ce week-end d'août en famille,

 

Pour arriver au Camp Cisame, il faut déjà aller jusqu'à Régina, avant dernier village avant la frontière avec le Brésil, 2 heures de route agréable depuis Cayenne, puis au ponton de Régina, embarquement pour l H 45 de pirogue sur le fleuve Approuague et ses sauts, un des plus beaux de Guyane.

Campement en pleine forêt avec différents carbets traditionnels en palmes de Toulouri (palmier guyanais), pour la restauration, le couchage, les sanitaires ou les palabres. Au programme, balades en forêt avec descente à pied dans le lit d'une crique de la forêt primaire avec guide amérindien qui nous présentera les différentes essences de la pharmacopée, recherche d'or dans la petite crique située à coté (les rivières s'appellent des « criques » en Guyane , descente d'une partie de l'Approuague à la nage, canoë. bref un programme sympa, une très bonne restauration, une immersion nature comme on l'aime et tout cela évidemment en toute sécurité ! Nous avons même eu droit à la vraie averse tropicale dans cette saison sèche, qui aurait pu servir de décor à la pub d'un certain produit douche ! Et même, à la venue d'un anaconda de belle taille dans la crique où nous cherchions de l'or, le premier depuis ces 14 mois passés en Guyane.

Un beau week-end, qu'on a simplement envie de renouveler alors comme vous le verrez dans le diaporama ci-dessous.

Repost 0
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 21:44
 

Les Iles du Salut, ça c'est le côté « Antilles » de la Guyane, pourquoi « Antilles », pour la couleur de son eau bleu turquoise, enfin quand il fait beau.

On accède aux Iles du Salut depuis un petit port à Kourou, Il s'agit d'un ensemble de trois iles, la plus grande, l'Ile Royale, St Joseph et l'Ile du Diable, cette dernière étant inaccessible au public. Toutes ces iles ont abrité des bagnes, dont il ne reste que quelques vestiges, les plus conservés sont sur l'Ile Royale.

Le voyage de 15 km se fait en Catamaran et pour ma part, l'ayant fait deux fois, la première traversée a viré au cauchemar (Monique et Gaby peuvent en témoigner), un mauvais temps, une mer houleuse, ma tête dans un seau, mais pas que la mienne …. tous les seaux disponibles ont été utilisés, sauf la cuvette pour la vaisselle !

Heureusement, au mois d'août, un temps magnifique, une mer d'huile et une traversée aux petits oignons avec un savoureux planteur.

C'est sur l'Ile de St-Joseph que nous avons accosté d'abord. Elle possède la seule plage de l'archipel sur laquelle nous avons fait pique nique avant d'aller visiter les vestiges du bagne envahis par la végétation qui tente de faire disparaître un passé peu glorieux de notre pays. C'est dans ses geôles que séjourna Papillon, un des célèbres bagnards français.

Les tombes qu'on peut voir sur ces iles sont celles des personnels de l'administration pénitentiaire et de leur famille ou des hommes d'église ; les bagnards étaient tous jetés à la mer et nourrissaient les requins ! Il y avait 800 bagnards qui arrivaient chaque année sur les iles, et il y avait toujours environ 800 bagnards sur ces iles ; faites le compte, les requins ne crevaient pas de faim !!

Nous sommes ensuite partis pour la visite de l'Ile Royale où les vestiges du bagne sont mieux conservés ; on peut y voir l'hôpital où les bagnards rêvaient d'être internés, car mieux traités,

Ces Iles ont une végétation luxuriante et on peut apercevoir de nombreux agoutis grignoter des fruits, des singes saïmiris mais aussi de gros iguanes à la tête préhistorique se dorer au soleil.

Bien entendu, on y voit également de nombreuses fleurs multicolores au détour des chemins, Autrefois synonyme d'enfer, ces iles sont à présent, un havre de paix où c'est un bonheur d'y passer une journée comme un week-end end.

Enfin retour sur un coucher de soleil grandiose, au milieu de l'océan, avec comme seul bruit, le claquement des voiles du catamaran.

Alors pour que ce commentaire soit plus vivant, je vous invite à regarder la vidéo ci-jointe...

Je remercie également Patrice, mon cher beau-frère qui a contribué à alimenter par ses photos, ce montage.
Maintenant, si je ne vous ai pas convaincu avec ces images, c'est que vous êtes définitivement naturophobe !

Repost 0
26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 16:12
 

Notre réel coup de cœur, ce sont les tortues Luth, les plus grosses tortues marines au monde (taille moyenne 1.80m pour un poids d'environ 400 à 600 kg). Ces tortues marines, de forme ovoïde, n'ont pas d'écailles, mais une carapace de cuir noire mouchetée de blanc et semblent tout droit sortir d'un film de Spielberg avec leur allure d'animal préhistorique, Elles viennent pondre d'avril à juillet sur les plages de Guyane essentiellement à REMIRE MONTJOLY et sur la très réputée plage des Hattes à AWALA YALIMAPO à l'embouchure du Maroni, qui pouvait encore il y a quelques années accueillir jusqu'à parfois 500 tortues par nuit sur ses 5 km de plage.

Elles arrivent parfois même en plein jour, alors qu'il y a du monde sur la plage et se hissent sur la sable pour venir faire leur nid et pondre environ un peu moins d'une centaine d'œufs, dont très peu finiront par devenir des tortues adultes. Ce processus prendra près d'une heure et demi jusqu'à son retour en mer. C'est un spectacle émouvant, de voir ces tortues, hors de leur milieu aquatique, qui peinent à se mouvoir sur le sable.


D'autres tortues marines, les tortues vertes et olivâtres viennent également pondre sur cette plage mais moins nombreuses, nous n'avons malheureusement pas pu en voir, sauf, deux, mais mortes, ayant probablement ingéré des sacs plastiques qu'elles prennent pour des méduses, leur principale alimentation. Ces espèces en voie de disparation, protégées depuis 2000 par un programme de conservation, ne cessent de voir à présent leur nombre augmenter, grâce une information importante auprès du grand public et grâce à une organisation associative de bénévoles qui surveillent les plages durant les pontes afin de protéger les tortues des prédateurs, comme les chiens errants ou les braconneurs qui pillent les nids voire tuent les tortues pour leur chair. 



Après deux mois de gestation, ces oeufs donneront de petites émergences (bébés tortues) d'une dizaine de cm que nous verrons par dizaines s'échapper vers la mer à la tombée du jour pour continuer à perpétuer le cycle de la vie...

Pour plus de photos, visitez l'album...








 

Repost 0
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 21:43

  Novembre 2008, ce fut notre première vraie sortie dans la "Guyane profonde", le marais de Kaw. A 70 km de Cayenne.


Après plus d'une heure de pirogue sur le marais en compagnie d'un passionné qui nous raconte la vie du marais, ses hôtes et sa flore, nous passons la nuit sur un carbet flottant et au petit matin, réveil à l'aube aux cris des singes hurleurs qui peuvent s'entendre jusqu'à 11 km à la ronde. Ce concert est un moment d'émotion au réveil, les yeux toujours fermés, on peut même s'imaginer transportés sur les hauteurs des plateaux du Zaïre à écouter « les gorilles dans la brume », bien qu'ici, les singes hurleurs ne soient pas des gorilles et plutôt de petite taille par rapport à ces derniers.


Là nous observons un lever de soleil des plus somptueux.

Mais avant cela, à la nuit tombée, nous faisons connaissance de la faune qui vit dans le marais parcourant de nuit les quelques km qui nous séparent du carbet. Sur les berges on aperçoit un cabiai, gros rongeur pouvant atteindre plus d'un mètre et les fameux caïmans, que l'on a pu voir à la lueur des lampes torches et même toucher, inoffensifs quand ils n'ont que quelques dizaines de cm ; les gros se sauvent à notre vue ! Ils ont sans doute fini leur diner (non je blague …). Pendant cette virée, de petits piranhas de quelques cm, attirés par nos lampes frontales, sautent par dizaines dans notre pirogue, histoire de faire un petit bout de chemin en transport en commun, et qui ont donné quelques frissons à certains passagers !

 

 


 

                                               CABIAI




                                         CAIMAN A LUNETTES

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de CRICRI
  • Le blog de CRICRI
  • : notre environnement en guyane depuis notre arrivée en août 2008
  • Contact

Recherche

Liens